Gabriel Nash ಎ no inspiration

Partagez | .
Gabriel Nash
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Hoffmeister
► Mes messages : 47
► La boite à cookies : 54
► Date d'inscription : 17/11/2017
► Date de naissance : 09/03/1994
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Gabriel Nash qui mange un cookie le Jeu 7 Déc - 21:33 ► réponds-lui !


   Gabriel Nash
   1991.04.15 à LondresDirecteur junior en développement d’intelligence artificielle 
   anglaismon cœur est libre
   featuring dylan o’birenje bois trop de groupe choisi
   
   

Mes surnoms ० Gab, Gabby mon orientation sexuelle ० hétérosexuel mon statut matrimoniale ० Célibataire. mon parcours professionnel ० Collège et lycée privé renommé, classes préparatoires en ingénierie, diplôme d’une prestigieuse université, spécialisation en IA Londres et moi ० Quartier chic et huppé de Londres, depuis sa naissance Ma Citation favorite ० La lune, Le soleil, La Vérité Mes autres détails ० phobie des vers de terre, fume, porte une bracelet très fin en argent à son poignet, ne sort jamais sans sa montre, porte des lunettes pour travailler, possède deux chiens Hoffmeister et Scelsi, collectionne les sweats de couleur vive (rouge, surtout), possède une collection immense de livre, joue plusieurs instruments de musique piano, violon, guitare, grand fan de jeu vidéo
    

Code:
Mode d'emploi pour le questionnaire : remplacé le<oui></oui> ou <non></non> ou  <maybe></maybe>

    PAR <check></check> et nous vous demandons de ne pas rajouter d'espace entre les balises. S'il y a à la prévisualisation un décalage et des scrollbar, ne vous en faites pas, il disparaitra et ce n'est donc pas un bug de vote part.

    
YESNoMaybe
Tu aimes vivre en colocation ?No
Estimes-tu gagner un bon salaire ?YES
Tu adores Londres ? YES 
    
Tu aimes la sonnerie de ton réveil ? No 
    
As-tu fais tous les musées gratuits ? YES 
    
On t'a déjà planquée dans un four ? Maybe
    
Tu prends le métro bourré parfois ? Maybe
    
Connais-tu le manager du pub de ta rue ? YES
    
Tu t’es déjà disputé avec ton banquier ? No 
    
As-tu toujours payé ton loyer à temps ? YES
    
Caches-tu des photos compromettantes ? No 
    
Cuisines-tu tes œufs au microwave ? No
    
Tu as déjà tenté Tinder ? YES
    
Serais-tu prêt à porter un pull de noël ?  No
    
Tu te sens parfois comme un alien ? YES
    
Parfois tu te tapes la tête contre le mur ? No 
    
Parfois tu te tapes la tête contre le mur ? No
    
Tu proutes en dormant ?  Maybe
    
T'as déjà mangé des bébés ?  YES
    
T'aimes fourrer la dinde ?  YES
    
T'es pour le brexit ?  No
    
T'aimes chanter sous la douche ? Maybe
    
Tu fais du piano sur Piccadilly ? Maybe
    
Tu sais manier les shurikens ?  Maybe
    
Tu collectionnes les cartes de fidélité ?  No
« Si je devais dresser la liste des choses que j’aime je devrais dresser celles des choses que je n’aime pas en premier. Je suis minimalise, très peu matérialiste. J’aime les brocolis et les épinards, je peux leur vouer un culte, c’est les bases de mon alimentation, avec un steak de viande bien saignant. Je suis loin d’être vegan, je souhaite protéger les cultures de soja et de graines. J’aime les revues scientifiques qui trône aux côté de mon cabinet et qui prennent la poussière au fils des ans. J’aime démonter les politiciens depuis mon canapé en contrecarrant leurs arguments, défonçant leurs alibis et jouant de leur crédulité. J’aime bricoler dans mon coin de nouvelle chose, passant rage et colère dessus. Oui, donc rien ne finit en vie. J’aime courir. »


« Les vers de terre, les insectes, les oiseaux, les gens qui crient, les gens qui râlent mais qui ne font rien pour changer leur quotidien, les revues de mode, les défenseurs de causes inutiles, les vegans, les témoins de Jehova. La queue des caisses. Les couples qui affichent ouvertement leur amour, les enfants qui te parlent mais dont tu ne comprends rien, les enfants tout court, les chats et les hamsters. Les personnes en retard, les bobo et les instagrameur. »

Chapitre 1 (1991-2001)

« Pouvez-vous nous décrire Gabriel ? »

« Gabriel c’est un enfant très intelligent qui à conscience de ses capacités et qui sait les mettre en œuvre. C’est d’ailleurs ça le problème, la conscience de l’étendue de son intelligence et la possibilité de sa mise en pratique.  C’est dangereux, il est instable depuis qu’il est petit, à une vision biaisée du monde et de l’humanité. Ces capacités hors du commun peuvent être désastreuses s’il décide de les mettre aux profits d’œuvres malveillantes. Il est calculateur et malsain sur les bords quand il souhaite intégrer et s’associer à un groupe ou une personne. Gabriel est un psychopathe né qui ne fera aucuns cadeaux aux gens qui se dressent face à lui, à ses ambitions. Nul doute qu’il faut être son ami et non son ennemi. Ce qui le rend encore plus dangereux c’est sa capacité à camoufler ses réels sentiments et intentions. Gabriel a la capacité de se fondre dans la masse et de s’intégrer aux autres de façon naturelle et humaine. Il peut paraitre très charmant et gentil, agréable et très sociable. Ce n’est pas le type de personne qui torturait des chatons, tuerait pour avoir le pouvoir, mais il a la capacité de manipuler et de faire sombrer mentalement les plus faibles et les plus crédules. J’espère qu’en grandissant il apprenne à se contrôler et à aimer les autres. Nuls doutes que ses parents sont la cause de son mal-être et de son manque d’amour. L’abandon en premier a dû lui causer du tort et la séparation de ses parents puis leur désintérêt pour lui n’ont pas aidé. »

Chapitre 2 (2001-2011)

« Comment va Gabriel ? »

« Depuis la dernière fois ou je fus amené à le rencontrer, il m’a paru très charment et détendu. Il semblait à l’aise et sans arrière-pensée. Son langage corporel laissant transparaitre une tranquillité et un calme à toute épreuve, comme si tout sentiment de violence et de cruauté s’était envolé. Ses yeux reflétaient une âme en paix, pleine de détermination et d’envie. Le regard d’un jeune homme mature et grandissant.  Mais je ne me fais pas d’illusion, derrière ce calme se cache très certainement une haine monstrueuse, désastreuse, mortelle. Avec les années il a appris à contrôler ses colères et ses envies malsaines, mais au fond de lui bouillonnent de funestes ambitions. Malgré tout je pense qu’il a apprit à se gérer et se force à voir le bon côté de la vie et des humains. Je pense que Gabriel s’est attaché à quelqu’un et que cette personne lui permet de calmer ses pulsions nocives. Cependant je le trouve très stable, réellement en harmonie avec lui-même. Dans quelques années son côté psychopathe aura complétement disparut, j’en suis certain. Gabriel est sur la bonne voie. »

Chapitre 3 (2011-2017)

« Docteur, vous avez rencontré Gabriel récemment. Que donne son évolution ? »

« Je pense n’avoir jamais vu Gabriel aussi bien dans son corps depuis des années. C’est un jeune homme tout à fait respectable, droit dans ses idées et ses ambitions, rempli d’empathie et de bienveillance envers les autres. Ses pulsions nocives se sont littéralement calmé et il est en harmonie avec lui-même. Selon lui la méditation lui a fait le plus grand bien, son introspection aussi. Je suis ravi de voir l’avancé spectaculaire qu’il a fait. Malgré des résidus tenaces, je pense que nous pouvons indiquer et décréter que Gabriel s’est sorti de son côté sombre et psychopathe. Ce fut une lutte longue et acharnée, mais il a vaincu un fléau qui toucher de plus en plus de jeunes en manque affectifs et de reconnaissance parental. »

Sonnerie du combiné. « Merci Docteur, votre virement sera fait dans la soirée et votre fille sera de retour chez vous dans la matinée. Vous voyez, ce n’est pas très compliqué de répondre favorablement à une demande d’un patient. Pas d’inquiétude, Malia était entre de bonnes mains dans un spa luxueux. Naturellement nous avons annoncé que vous étiez la personne qui lui à offert ce petit week-end. Merci de votre collaboration et j’ai hâte de vous rencontrer prochainement, nous aurons plein de chose à nous dire. » tu tu tu.
div>
mon pseudo ० ici. moi et asfos ० je viens de l’ancien forum, mes friends ! mes préférences en rp ० Toutes les longueurs mes murmures personnelles ० France, 23 ans, joue que des mecs, pas seule dans sa tête tes hobbys ० t'aimes faire quoi dans la vie ? Le détail en commun ० pas l’intelligence, c’est sûr. Peut-être le côté un peu névrosé … je ne sais pas, en tous les cas j’ai des doutes sur mon envie de m’identifier sur Gabriel ! Ma question ० Nop, m’dame ! mes amis ० j’ai fais venir Cordélia van alen sur le forum, car c’est ma beeeeesta siiista 4ever !
    

   

Code:
codebottin à viendir

    
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Nash
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Hoffmeister
► Mes messages : 47
► La boite à cookies : 54
► Date d'inscription : 17/11/2017
► Date de naissance : 09/03/1994
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Gabriel Nash qui mange un cookie le Jeu 7 Déc - 21:36 ► réponds-lui !


I set the camera up
and tell my story
If you want a happy ending, that depends, of course, on where you stop your story

Chapitre 42
« Je suis né de deux pères. Je suis sorti d’un utérus, comme tout le monde, mais je suis né de deux chibres dans ce cas. Les liens de sang ce n’est rien pour moi, de la poudre aux yeux. Les vrais liens sont ceux dans lesquels on s’investi et on pari sur l’avenir, pas juste un bout de tissue musculaire ou une muqueuse décrépite qui partagent un ADN. »

Chapitre 26

« Je suis seul. Comme un grand, je ne partage pas ma chambre, j’ai des jouets rien que moi, un bureau bordélique, des livres et des fringues de partout. Par contre le rangement je le fais seul aussi, mes lectures et mes jeux sont solitaires, je parle aux peluches et aux murs. Mes passions je les vis seul, dans une solitude profonde, mes inquiétudes et mes doutes je les dompte à coup de weed. Je suis seul, mais pas triste. Juste mélancolique. »

Chapitre 139

« Verdi. C’est connu, non ? Juste cette consonance vous parle. Pourtant, celui dont je vous parle n’a pas d’éloge et de popularité posthume. C’est le chien de mes parents, celui qui a été le confident si longtemps recherché, celui qui connait mes forces et mes faiblesses comme personne. C’est lui qui calme mes crises d’angoisse et qui sait limiter mes idées négatifs vis-à-vis de la société actuelle. »

Interlude.

Chapitre 4

« C’est comment de vivre avec deux père ? Souvent cette question provenait des professeurs ou autres personnes du corps pédagogique. Ils étaient tous intrigués par cette « forme » de vie et ce quotidien non biblique. Etrangement, ça doit être comme de vivre avec deux mères ou un père et une mère. Comment leur expliquer, que je ne peux pas leur décrire mon quotidien ? Je ne connais pas les autres possibilités, je ne peux que vaguement décrire nos actions quotidiennes. Nos vies n’ont rien de plus passionnant que les autres. « Oui mais, tu sais … ce n’est pas trop naturel. Attends, je ne critique pas, hein ! » Ah bon ? Tu penses que je n’étais pas au courant, peut-être ? Ne t’inquiète pas pour moi, d’autres s’en sont chargés pour toi de me rappeler dans quelle pourriture de monde nous vivons. Ne t’inquiète pas non plus, les simplets auto-proclamés ouverts d’esprit j’en ai rencontré aussi, des comme toi, qui ne jugent pas et ne critiquent pas, mais qui veulent tout de même laisser une trace de leur passage dans mon existence. Donc oui, vivre avec deux pères c’est comme tout le monde, connard. »

Chapitre 12

« Mes parents sont de loin les plus gentils et bienveillants. Ils sont chaleureux et aime donner de l’amour aux gens qu’ils aiment, partager les moments de bonheur et de malheur. Mais de façon occasionnelle. Ils sont plus dans les airs pour aller à droite et à gauche que dans notre maison à partager des moments en famille. Je sais qu’ils ont sacrifié énormément de chose pour arriver aux postes qu’ils occupent et pour avoir un enfant malgré l’incompatibilité naturel qui naissait de leur couple. Pourtant une part de moi leur voue une haine immense. Une haine non violente, une haine qui macère depuis des années dans les profondeurs de mon cœur, une haine triste et seule.  Ils bossent tous les deux dans la finance, c’est dans des bureaux miteux et des salles d’archives qu’ils se sont rencontrés. Le coup de foudre selon James, mon père anglais qui a tout quitté pour vivre au gré des chiffres de Wall Street. Pour lui Charles, mon père américain, qui je suis sûr à des origines latines ou européennes, c’est l’homme de sa vie, celui avec qui il partagerait tout, malheurs et bonheur, avec qui ils regarderaient les albums photo sur leur rocking chair en bois sur leur terrasse dans le sud du Texas. Ils avaient déjà un plan de vie bien construit, sur des bases de confiance et d’amour et dans ce plan si bien ficelé j’en faisais partie, j’étais même une des pièces maitresses de ce puzzle. »

Chapitre 10

« J’étais loin d’être con. Tout du moins, je ne suis pas con, mais je me donne cette impression. J’ai toujours été un bon élève, qui rend ses devoirs, fait les travaux demandés, répond aux questions et reste sage. Jusqu’au jour où j’ai compris que mes parents me porteraient plus d’intérêt si je faisais des bêtises. Et là, j’ai appris à faire fonctionner les neurones surdéveloppés et au-dessus de la moyenne que mes géniteurs m’avaient donné. Crasses, harcèlement, dégradation, bagarre, absentéisme. Tout ça était devenu mon quotidien, mon rituel, mon essence de vie. James et Charles m’ont porté plus d’importance et de considération au début, ne sachant pas gérer ce genre de comportement peu habitué à un enfant aussi perturbateur. Puis, avec le temps ils se sont lassés de mes petits jeux comprenant parfaitement où je voulais en venir. »

Chapitre 59

« ils parlaient de grand amour, de futur commun, de souvenir inoubliables. Pourtant, je m’en souviens de cette après-midi de juillet dans leur maison secondaire dans le Montana, reculée au fin fond des terres isolées et abandonnées.  « Pour apprendre à s’éloigner de tous ces appareils non essentiels à notre vie. » disent-ils, alors que c’était eux accrochés à leurs mobiles et autres appareils. Ils avaient fait cette acquisition dans le but de m’apprendre à m’ouvrir aux sens de la nature et découvrir notre beau monde. C’est sûr que se rendre ici en avion, puis en voiture de luxe, c’était tout ce qu’il y avait de mieux pour « découvrir » le monde. Durant cette fraiche et grisâtes après-midi, attablé dans le salon des bougies illuminant doucement le bois du plafond, ils m’avaient annoncé leur séparation. Etrangement, je n’avais ressenti. Ni pitié, ni rancœur, ni tristesse. C’était prévisible, ils n’étaient pas faits l’un pour l’autre, trop différent, des objectifs opposés. Quand leur passion s’est tu, ils n’avaient rien d’autre à faire que d’aller voir ailleurs. Combien de fois avais-je vu Charles dans les bras d’un autre, enroulé dans les draps de satin du lit conjugal ? Ou James avec ses jeunes secrétaires ? Trop de fois. Au fond de moi, je rigolai en voyant le temps qu’ils avaient mis à me l’annoncer et le découvrir. James et Charles avaient pris le temps de m’expliquer pourquoi mais aussi que rien ne changerait dans ma vie ils seraient toujours là pour moi et seraient ensemble pour les plus grandes étapes de ma vie. Foutaise. »

Chapitre 90

« J’ai bidouillé depuis très jeune des pièces étranges. Des plaques en aluminium, en fer, des circuits électroniques. Toucher un peu à tout, créer, concevoir c’était un bon passe-temps pour moi, je pouvais focaliser mon hyperactivité dedans, donner naissance à des choses, des êtres, des objectifs. C’est pourquoi durant ma période de rébellion j’avais usé de ce cerveau et de cette créativité pour mettre à mal tous mes adversaires hautains et idiots. Ils étaient tous idiots de toutes les façons, des crétins pas finis. J’étais au-dessus d’eux et des autres. Mon cerveau est mieux que ceux des autres. »

Chapitre 3

« J’ai vécu dans les appartements de Charles après leur séparation. James passait de temps en temps pour me voir et prendre de mes nouvelles, entre deux rendez-vous, sodomie, fellation et emails. Il essayait de s’intéresser à mes études, mes connaissances, mes relations, tout en regardant ses mails et ses sms. Ce que Charles n’hésitait pas à lui faire remarquer de façon cinglante et indélicate. J’étais la raison de leur dispute. Après mon diplôme, Charles ne pouvant plus assumer son rôle de père car a nouvelle conquête n’était pas axé enfant m’avait gentiment offert un appartement dans le centre de New-York, décoré et meublé par les soins de James, ils voulaient tout partager de mes nouvelles grandes étapes. Puis, j’ai eu des nouvelles quotidiennes de mes deux pères, puis occasionnelles, puis par intermittence. Puis plus du tout. Je devais à la limite de ramper au pas de leur porte pour en avoir, seuls les virements automatiques de leur compte démontraient encore leur intérêt pour moi. De toutes les façons je n’avais pas vraiment d’avis sur eux ou sur leur façon de m’éduquer, je n’avais pas besoin d’eux. Tant que leur argent arrivait sur mon compte, ça me suffisait. »

Chapitre 0

« Intelligence artificielle. Ce doux nom rend mon cœur existé et mon épiderme fou. C’était ma raison de vivre, on objectif maléfique. C’était l’avenir de notre cause, de notre race, c’était ce qui nous conduirait au grade ultime de Dieu et d’êtres immortels. »

Chapitre 83

« Quand j’ai pu intégrer cette multinationale à un poste à responsabilité j’ai su que j’avais bravé toutes les épreuves que la vie avait mis sur mon chemin. Que mes buts n’étaient plus que des rêves et de envies, ils devaient tangibles et réalisables. Je pouvais mettre à contributions de mes ambitions mon cerveau et mes années d’expérience machiavélique. Enfin, je pourrai remplacer l’humain par l’intelligence artificielle. »

Revenir en haut Aller en bas
Pearl l. Ryan-Callahan
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Fondatrice
► Ami à poil : Kitty (chaton)
► Mes messages : 395
► La boite à cookies : 88
► Date d'inscription : 04/11/2016
► Date de naissance : 14/02/1989
Fondatrice
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/
le petit mot doux de Pearl l. Ryan-Callahan qui mange un cookie le Jeu 7 Déc - 21:50 ► réponds-lui !

Ecrire Very Happy Laughing
Bon je suis mariée mais j'ai le droit de dire que tu es sexy !

Tu t'es embrouillée avec le quizz, non ? J'aurais dû mettre le mode d'emploi PARTOUT ! Si besoin, n'hésites pas !

_________________
Turn out the light, just say goodnight, to yourself ! May I remind you, when you find you, you're all alone, is when you've got to be strong ! Cause that's when they call you, in the night, he's got your picture, in his mind ! Could you save yourself, For someone who, loves you for you, Give it away to someone who, someone who... Will cherish your name
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Nash
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Hoffmeister
► Mes messages : 47
► La boite à cookies : 54
► Date d'inscription : 17/11/2017
► Date de naissance : 09/03/1994
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Gabriel Nash qui mange un cookie le Ven 8 Déc - 10:43 ► réponds-lui !

j'aime pas les codes, c'est mes ennemis jurés !
tu peux dire que je suis sexy car ce n'est que la stricte vérité, c'est un fait national même ! toutes les ménagères, tout âge confondu, rêvent d'une nuit avec moi Cool Cool
de toutes les façons je pense reprendre ma fiche de A à Z, donc je vais reprendre les codes x)

merci
Revenir en haut Aller en bas
Pearl l. Ryan-Callahan
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Fondatrice
► Ami à poil : Kitty (chaton)
► Mes messages : 395
► La boite à cookies : 88
► Date d'inscription : 04/11/2016
► Date de naissance : 14/02/1989
Fondatrice
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/
le petit mot doux de Pearl l. Ryan-Callahan qui mange un cookie le Ven 8 Déc - 11:14 ► réponds-lui !

Courage, y en a qu'un à braver (sauf si tu fais des scénarios ) ! YOU CAN DO IT !
hummmmm, peut-être pas toute !


XD si besoin mine de rien, n'hésites toujours pas !

_________________
Turn out the light, just say goodnight, to yourself ! May I remind you, when you find you, you're all alone, is when you've got to be strong ! Cause that's when they call you, in the night, he's got your picture, in his mind ! Could you save yourself, For someone who, loves you for you, Give it away to someone who, someone who... Will cherish your name
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
à la classe New Yorkaise apparement
le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui mange un cookie le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Quizz inspiration - version femme
» Bon anniversaire Gabriel
» colonel Gabriel de Sairigné
» Jérémy Gabriel, l'enfant qui chante ses rêves
» Inspiration des pros pour aménager vos jardins et terrasses